Le jour où j’ai arrêté de te choisir


Loading...

En te choisissant, j’ai arrêté de me choisir moi-même.

Je t’ai choisi.

A chaque instant, pendant six cent trente-trois jours, j’ai choisi de t’aimer. De te croire. Pour te pardonner. Pour t’embrasser.

J’ai choisi de rester à tes côtés même lorsque les choses sont devenues difficiles et presque insupportables. Même quand j’avais presque tout perdu et que je savais que je devais probablement arrêter, j’ai continué à te choisir.

Je pensais peut-être que tu changerais, que les choses s’amélioreraient. Peut-être que je n’avais personne d’autre et une estime de moi incroyablement basse. Quelque chose que tu me rappelais constamment. Peut-être que je voulais juste que tu me choisisses à nouveau. Juste une fois. Une fois.

Si je m’en allais, je n’avais rien d’autre que du temps perdu et un cœur brisé. Il fallait que ça en vaille la peine, me suis-je dit. Tu devais en valoir la peine. J’ai vu quelque chose que personne d’autre ne voyait. Je te connaissais. N’est-ce pas ?

Mais j’ai tout ignoré. J’ai rejeté les signaux d’alarme et les critiques et toutes les exigences que je m’étais fixées. Je me suis retrouvée à inventer des excuses pour toi, à être trop compréhensive. En me pliant, en me pliant et en me cassant à chaque étape.

En te choisissant, j’ai commencé à arrêter de me choisir. J’ai cessé de choisir les choses que j’aimais, les gens que j’aimais. Te choisir, c’était long. Il a fallu tout ce qu’il y avait en moi pour le faire. Pour continuer à t’aimer et rester tous les jours, je me suis perdue.

Et puis j’ai commencé à croire que je n’avais plus le choix. T’aimer était la seule chose que j’avais, et je ne pouvais pas abandonner ça aussi.

Alors, je suis restée. Je suis restée beaucoup plus longtemps que je n’aurais dû et beaucoup plus longtemps que je ne le voulais. J’ai ignoré la famille et les amis qui me disaient de partir, de sortir, de me choisir moi-même. Comment j’ai pu te faire ça ? Je pensais que je t’aidais, que je te soignais. C’était mon seul but au monde : te choisir.

Tu m’avais lentement convaincue que je méritais tout ça. Je te méritais, ainsi que la douleur et le choix de choisir quelqu’un qui ne te choisit jamais en retour. Personne ne me choisirait jamais, tu as dit. J’ai eu de la chance.

Loading...

 

Mais aujourd’hui, c’est le jour où j’arrête de te choisir.

J’ai effacé toutes les photos de toi de mon Facebook. Les temps heureux qui n’ont jamais semblé durer. J’ai vu disparaître nos visages souriants et j’ai pleuré sur la possibilité d’aimer et de haïr quelqu’un.

Il y avait tant de bons souvenirs mélangés avec les mauvais. Il restait tant de désir et de nostalgie, mais aussi tant de douleur. Une douleur insupportable.

Je n’ai jamais voulu arrêter de te choisir. Même si je tape ces mots, mon cœur me fait mal. Pour toi. Pour nous. Pour que tu me choisisses enfin. Et je me demande combien de temps ça va durer. J’imagine que le temps atténuera l’inconfort, rendra la vie un peu plus tolérable.

Chaque jour où j’arrêterai de te choisir, je commencerai à me choisir. Je choisirai mes enfants et mes photographies et mes livres et mes écrits. Je choisirai de me souvenir de ce que j’aime chez moi et peut-être recommencerai-je à tomber amoureuse de la vie.

Chaque fois que je ne te choisirai pas, je deviendrai plus forte. Plus heureuse. Plus sage. Je me rendrai compte que j’ai fait le bon choix, et je continuerai à le faire jusqu’à ce que je trouve quelqu’un de nouveau à choisir. Quelqu’un qui m’aime comme je le mérite. La façon dont je l’ai toujours mérité sans jamais le savoir.

Le jour où j’ai arrêté de te choisir, sera un jour un souvenir lointain. Mais pour l’instant, pour le moment, ce sera un jour triste et émotionnel que j’aimerais bien ne pas avoir à vivre.

Loading...

Like it? Share with your friends!

free hit counter