Il ira bien, même sans vous et j’espère que vous le savez

Je voulais être tes matins et tes nuits et j’espère que tu en es conscient. Je voulais trouver tes lèvres dans la pénombre, te boire, me débarrasser des draps pour me lover en toi. Je voulais ce futur que nous avions imaginé ensemble et cette maison couverte de lierres. Je voulais cette véranda panoramique, ce jardin incurvé, ce soleil se couchant sur nos parterres de fleurs des champs. Je te voulais toi dans tous mes horizons.

Je voulais être les étoiles éclairant ton ciel et j’espère que tu en es conscient. Je voulais être la lumière de chacun de tes coins d’ombre, panser tes plaies au clair de lune et faire disparaître chacune de tes peurs. Je voulais être ta flamme. Je voulais te nourrir pour le reste de ta vie, jusque dans tes vieux jours pour que nous regardions ensemble ce que nous avions créé.

Je n’ai jamais été difficile par choix et j’espère que tu en es conscient. Je n’ai jamais été volontairement obstinée ou contrariante, je n’ai jamais trainé des pieds ou froissé ton égo à dessein. Je n’ai jamais cherché à te blesser. Je n’ai jamais choisi de te mettre en colère ou de t’embarrasser. Je n’ai jamais provoqué de disputes pour me divertir et jamais eu l’intention de te nuire.

J’ai toujours et simplement été moi-même et j’espère que tu en es conscient. Je sais que j’ai permis aux mots de jaillir de ma bouche et que certaines des choses que j’ai dites n’ont pas toujours été justes ou opportunes. Je sais que j’ai pu être brutale, que ma tristesse a pu déferler tel un océan de violence et ma joie tel un train fonçant à toute allure. Mais mes mots n’ont jamais été choisis pour le combat. Je n’ai écrit aucun poème pour te faire de la peine. Je n’ai jamais fabriqué d’histoire pour te blesser.

J’espère que tu sais que je n’ai pas choisi un autre homme. Je me suis choisie moi. J’ai choisi de m’en aller plutôt que de te laisser m’aimer par habitude. J’ai choisi d’arrêter de porter toutes les fautes. J’ai choisi de faire un pas en arrière plutôt que de permettre à un océan de ressentiment de déferler dans mon corps. J’ai refusé de gommer les parties de moi que tu n’aimais pas, de créer une personnalité uniquement faite de celles que tu aimais.

J’espère que tu sais qu’en dépit de la distance et du gouffre qui existent aujourd’hui entre nous, je ferai de mon mieux pour ne me souvenir que des beaux moments ; ceux qui chatoient et dansent tels des paillettes au dessus d’une eau scintillante. Je ferai de mon mieux pour me souvenir que je ne suis pas irréprochable. Je laisserai les blessures s’atténuer. Je garderai la tête haute et permettrai à la douleur de s’en aller un peu plus chaque jour.

Je reconnaitrai que ce que nous avions était, au moins un peu, spécial. Que ce que nous avions était plus qu’une simple leçon qu’il nous fallait retenir, plus qu’une simple étape sur une longue route que nous avons brièvement partagée.

J’espère que tu sais que j’irai bien.

Je trouverai quelqu’un pour aimer chaque partie de moi. Je trouverai quelqu’un capable de braver toutes les tempêtes qui font fureur en moi et le feu qui brule dans mes veines. Je continuerai d’écrire des poèmes, de partager mes histoires. Je continuerai, sans hésitation aucune, à être moi-même.

Mais par-dessus tout … J’espère que tu sais que toi aussi tu iras bien.

Articles recommandés